www.econews.cd

Ce n’est certes qu’une image, mais elle est en même temps chargée de symbole.

Mardi 15 septembre 2020, le président honoraire Joseph Kabila a créé la surprise en se présentant à l’ouverture de la session ordinaire du Sénat, sous sa casquette de sénateur. Avec son écharpe nouée sur le corps, Joseph Kabila a assisté en sénateur à la cérémonie. Personne ne l’attendait dans ce décor. Personne non plus ne pouvait imaginer que Kabila allait finalement faire le déplacement du Sénat pour honorer son nouveau statut de « sénateur à vie ».

Déjouant tous les pronostics, Joseph Kabila l’a fait, s’attirant encore l’admiration de tout un peuple.

Mardi, il était la vedette de la toile. Ses photos du Sénat ont circulé à grande vitesse sur la toile.

En termes d’images, Joseph Kabila est un fin stratège. Politicien, il prouve chaque jour qui passe son talent. Il a le flair. Il sait en même temps choisir le moment pour agir.

Pourtant, ce mardi 15 septembre, on s’attendait à ce qu’il se retrouve en compagnie de son épouse, Marie Olive Lembe Kabila, au deuil qui a frappé la famille présidentielle du Congo/Brazzaville. La présence à Kinshasa de Denis Sassou Nguesso, président du Congo/Brazzaville, pouvait expliquer ce geste. On a oublié que Kabila avait une autre carte à rabattre. Il choisira finalement le Sénat, déléguant son épouse pour compatir avec son ancien homologue du Congo/Brazzaville.

Entre la cathédrale Notre-Dame du Congo et le Palais du peuple, Joseph Kabila a choisi l’Hémicycle, accueilli en super star. Il a réussi son coup.

Une image qui entre dans l’Histoire. Après les images de l’alternance de janvier 2019, celles de Kabila au Sénat resteront d’anthologie.

Sur la scène politique congolaise, Joseph Kabila prouve qu’il reste présent. A ceux qui ont vendu la peau de l’ours avant de l’avoir abattu, Kabila a lancé un message clair. Rien ne se fera sans lui.

Aussi l’a-t-on vu, arpentant les marches qui mènent à la salle des plénières du Sénat, bien entouré de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, et du Premier ministre, Ilunga Ilunkamba. Le Parlement est à sa portée.

On savait qu’avec sa majorité confortable dans les deux chambres du Parlement, l’ombre de Joseph Kabila, autorité morale du FCC, planait en permanence  à l’Hémicycle. On en a eu mardi la preuve grandeur nature. Kabila est là, en bon commandant de sa famille politique.

Au Sénat, ses collègues sénateurs n’ont pas pu retenir leur émotion. C’était aussi l’occasion pour certains, à l’instar de Modeste Bahati Lukwebo, de prouver qu’il n’existait aucune animosité entre lui et l’autorité morale du FCC.

Entre Kabila et Bahati, les retrouvailles étaient au rendez-vous. Une photo est vite arrivée pour marquer l’événement, avec un léger sourire de l’un et l’autre, témoignage de la grande complicité qui a toujours liée les deux personnalités. C’est la paix des braves.

Que dire d’autre ? Un analyste l’a résumé de la plus belle manière : « On pourra tout dire, ces images resteront dans l’H ristoire du pays. Personne n’avait vu ça dans ce pays. Un ancien chef d’Etat, libre et en vie au Congo. J’espère qu’en 2023 ou 2028, Félix Tshisekedi sera avec lui au Parlement et quelqu’un d’autre deviendra Président. Malgré tout ce que l’on peut dire, qu’on apprécie ou pas, ces images traduisent l’alternance. C’est le Congo qui gagne ».

Econews