www.econews.cd

Alors que le Groupe de 13 personnalités politiques et sociales s’active pour un compromis autour d’un forum national sur la réforme de la Céni et du cadre organisationnel des élections, le Front commun pour le Congo (FCC), plateforme politique de Joseph Kabila, dit ne pas s’inscrire dans cette logique.

Dans une déclaration rendue publique le 29 juillet 2020, le FCC promet qu’il ne participera pas à un quelconque débat sur les réformes de la Céni en dehors du cadre institutionnel. Cette volte-face de la Céni bouleverse tous les pronostics.

Pourtant, au terme d’une série de consultations menées au plus haut niveau de l’Etat, le Groupe de 13 s’est montré optimiste quant à l’issue de leur démarche. En déclinant leur offre, le FCC vient de couper l’herbe sous leurs pieds. Tout est à refaire.

Le politologue belge Bob Kabamba, qui y travaille depuis un temps, avait réussi à dégager une unanimité autour de cette initiative. L’action engagée par le Groupe de 13, dont les députés nationaux Delly Sessanga, Claudel Lubaya, Patrick Muyaya, Henri-Thomas Lokondo et bien d’autres personnalités est venu appuyer la démarche de Bob Kabamba.

Avec l’avis de non-recevoir du FCC, largement majoritaire dans les deux chambres du Parlement, le projet de la tenue d’un forum national sur la réforme de la Céni pourrait être renvoyé aux calendre grecques.

Une chose est sûre : le FCC tient à faire valoir sa majorité au Parlement. Il n’est pas prêt à adhérer à une initiative hors institutionnelle.

On est donc parti pour un bras de fer qui va durer. Sans compter la candidature de Ronsard Malonda à la présidence de la Céni, visiblement suspendue, malgré l’entérinement de l’Assemblée nationale.

Néanmoins, le jeu reste encore ouvert. Au centre de la polémique, il y a la réforme controversée de la Céni pour laquelle le FCC n’accepte aucune concession, si ce n’est, dit-il, « dans le cadre institutionnel, conformément à la Constitution et aux lois de la République ». Voici sa déclaration du 29 juillet 2020.

COMMUNIQUE DU FRONT COMMUN POUR LE CONGO

Réunie en session hebdomadaire ce mercredi 29 juillet 2020, la Conférence des présidents des Partis et Regroupements du Front Commun pour le Congo a fait le point de l’actualité socio-politique du pays.

La Conférence des présidents du FCC a noté avec grande satisfaction que le peuple congolais, dans toute sa diversité, a répondu massivement à son appel à participer aux marches pacifiques organisées par le FCC sur toute l’étendue du territoire national, aux fins de défendre le fonctionnement harmonieux des Institutions et ce, dans le respect strict de la Constitution et des préoccupations majeures du peuple.

La Conférence des présidents du FCC remercie et félicite le peuple pour la maturité politique aigue, la discipline et la conduite citoyenne dont il continue de faire montre au cours de ces manifestations publiques qui se déroulent dans différentes provinces : preuve qu’il tient au pacte républicain porté par la loi fondamentale et attend que ses préoccupations majeures soient prises en compte par les gouvernants.

Par ailleurs, tout en restant ouverte aux débats démocratiques sur les questions d’intérêts national, la Conférence des présidents du FCC estime, s’agissant de différentes démarches en cours, que tout débat ayant trait aux réformes électorales, doit se dérouler dans le cadre Institutionnel, conformément à la Constitution et aux lois de la République.

Dans ce cadre, le FCC promet d’y participer activement et positivement au cours des sessions parlementaires futures, mais n’entend pas soutenir les initiatives qui pourraient avoir pour conséquences de retarder l’organisation des élections prévues en 2013.

Fait à Kinshasa, le 29 juillet 2020

Pour le Front Commun pour le Congo

La Conférence des Présidents