www.econews.cd

Dans la gestion du Covid-19, la RDC aligne une série de dysfonctionnements qui dénotent d’une démission réelle de l’Etat. C'est extrêmement inquiétant que l'État étale au grand jour son incapacité à faire face à la pandémie du Covid-19. Dans la gestion de cette pandémie, le ministre de la Santé, Eteni Longondo, ne rassure plus.

En République démocratique du Congo, la gestion de la pandémie de coronavirus présente de nombreuses failles. Chaque jour qui passe, le Comité multisectoriel de la riposte au Covid-19 étale ses dysfonctionnements, semant le doute dans l’opinion sur la capacité de l’Etat à gérer cette pandémie, tout en sécurisant la population congolaise. Le dernier fait déplorable en date est ce rapatriement d’une centaine de Congolais bloqués en Europe par un vol spécial d’Air France.

Pays à haut risque, ces rapatriés ont été aussitôt rendus à leurs familles respectives, sans se soumettre préalablement à une quarantaine, comme annoncé dans les dernières mesures, annoncées le 18 mars par le chef de l’Etat.

Un fait anodin, mais lourd de conséquences

On ne se soucie plus de la forme dans le cas des Congolais en provenance des pays à haut risque de Covid-19. Rentrés à bord d'un vol spécial d'Air France, 111 Congolais ont quitté l'aéroport international de N’Djili directement vers leurs familles respectives, sans qu'aucune précaution ne soit prise.

De retour de France, 111 Congolais sont donc allés directement dans leurs familles respectives, sans isolement. L'État leur a clairement signifié son incapacité à les héberger pendant les 14 jours qui correspondent à la période d'incubation de Covid-19. Une démission intolérable qui fait dire à plus d'un Kinois que le Gouvernement est un agent de la propagation de Covid-19 dans le pays.

Le Gouvernement travaille pour une explosion de cas de coronavirus pour des raisons inavouables. C’est le moins que l’on puisse dire. Pour une bonne raison d’ailleurs.

Comment trouve-t-on de l'argent pour gonfler le nombre de décès, alors qu’on en manque pour mettre en isolément une centaine de personnes qui reviennent d'une zone à haut risque comme la France ? Cette démission est un crime. Des conséquences seront tirées tôt ou tard parce que le mal provoqué par cette démission est tellement profond.  

La question a fini par alerter l’Assemblée nationale. Après le Premier ministre qui est allé répondre à question orale de l’honorable François Nzekuye sur la gestion de la pandémie de Covid-19 et ses conséquences économiques, la chambre basse du Parlement se prépare à auditionner le ministre de la Santé, Eteni Longondo, sur la gestion de tous les moyens, dons et apports du Gouvernement, mis à sa disposition pour gérer cette pandémie, au moment où sur le terrain des failles foisonnent ça et là.

En même temps, vendredi dernier en Conseil des ministres, le chef de l’Etat a, concernant les attestations de décès délivrées pour cause du Covid-19, fait des informations concordantes faisant état d’« un trafic organisé consistant à pousser des familles à faire des déclarations de décès des membres de leur famille pour cause de Covid-19 moyennant rétribution, ceci afin de porter atteinte aux efforts du Gouvernement dans sa lutte contre le Covid-19 ». Le chef de l’Etat a instruit le ministre de la Santé de lui faire rapport à ce sujet.

C’est dire combien la gestion de la pandémie de Covid-19 est entourée d’une grande opacité en RDC.

H.T.