www.econews.cd

Lokua Kanza annonce son retour dans MOKO (Unité). L’artiste congolais le plus éclectique devrait être de retour dans les bacs en début 2021 avec un album de 17 chansons. Top Congo FM a pu les écouter en exclusivité dans son studio de Boulogne Billancourt, dans la région parisienne (France).

Ce qui frappe le plus est la qualité des sons mixés aux Etats-Unis (Miami et New-York) et à Londres par les meilleurs du show-business mondial.

« Déploies tes ailes » est un de ces titres. « Ta vie est belle, tu peux aller plus haut », dit ce chant d’espoir de la star congolaise, restée très modeste, sur qui les années ont défilé comme sur tout le monde, mais qui comme l’oiseau, s’abreuve de cette vie plus belle qui traverse les époques sans pervertir sa musique. Il est à parier que les audiophiles vont particulièrement apprécier.

Le retour du « Jedi » de Stars war

Lokua Kanza, 62 ans, a mis de nombreuses années avant de terminer son futur album de 17 chansons au total.

Absent sur le marché du disque depuis 10 ans depuis l’album Nkolo, Pascal Lokua signe enfin son retour sur le marché. Dans son prochin album, il dit y avoir mis tout son cœur. Le goût du beau, l’intelligence de la création de l’artiste n’était déjà plus à démontrer, mais dans cet album, dont la sortie mondiale est annoncée en 2021, Lokua Kanza dit avoir « voulu sans trop embrasser, étreindre différents styles où tout le monde devrait se retrouver».

Tel « Jedi », dont le retour était le sixième selon l’ordre chronologique de Star Wars, Lokua Kanza, arrive après son sixième album, non pas pour mettre un terme à une belle histoire musicale, celle de sa vie, mais pour la sublimer encore plus.

A la fois symphonique - il s’est fait accompagner de l’orchestre philharmonique Hongrie dirigé et arrangé par Chris Walden - de compositions dont il a le secret mais aussi très dansant, « pour les jours où tout va bien sans que tu saches pourquoi », Lokua Kanza a même adapté la tradition congolaise (love is a power), en appel à l’amour de son pays qui n’a besoin que de paix et d’union pour atteindre sa prospérité.

« Je n’ai voulu que sublimer nos cultures dans un album aux couleurs internationales », dit-il humblement.

Car dans MOKO, nom de son futur album, il a chanté en Douala (Cameroun) en duo avec Charlotte Dipanda, en Wolof (Sénégal) avec Wasis Diop, Yoruba (Nigeria), en Swahili, en Lingala, mais aussi en français et en anglais.

Cet album a connu la participation exceptionnelle de Ray Lema mais aussi de Manu Dibango, décédé en 2020 des suites de Covid-19.

« C’est une contribution exceptionnelle qu’ils m’ont faite », reconnaît Lokua Kanza. « C’est une belle lettre d’amour, la douceur, la finesse et surtout la tendresse avec laquelle il a joué », aura été le plus beau cadeau que la star camerounaise aura fait à cet album, dit encore l’enfant, né à Bukavu mais qui insiste sur son profil de Kinois, « nakoli mingi na Kauka na Ngaba (Kinshasa) ».

Econews avec Top Congo