Malgré les tentatives de son aile dissidente qui a fait allégeance au FCC, l'AFDC-A, regroupement politique cher au sénateur Modeste Bahati Lukwebo, reste bien debout. Il se dit d'ailleurs confiant  de l'aboutissement des procédures engagées autant devant la Cour constitutionnelle que la Cour de cassation pour recouvrer la pleine jouissance des droits reconnus à l'AFDC-A.

Face aux manœuvres de l'aile dissidente, Afdc-A/Fcc, qui se reconnaît à Néné Nkulu, actuel Ministre d'Etat au Travail et Prévoyance sociale, qui vient de deposer une plainte contre le sénateur Bahati pour "faux et usage de faux" , l'AFDC-A, qui se reconnaît toujours au sénateur Modeste Bahati, garde tout son calme.

Dans une déclaration faite, le dimanche 31 mai 2020 à Kinshasa, par la conférence des présidents de l'AFDC-A, le regroupement politique de Bahati dénonce une "plainte dilatoire et tendancieuse de l'Afdc-A/FCC qui ne mérite à tous égards, aucune attention du parquet près la Cour de cassation". La conférence des présidents s'insurge contre "ce nouveau complot de ceux qui se croient au-dessus des lois de la République et qui appartiennent déjà à d'autres regroupements politiques".

En tout cas, à l'AFDC-A, on ne se sent pas impressionné par cette plainte. Pour l'AFDC-A, cette plainte est plutôt le signe de la débandade qui gagne le camp de la dissidence, surtout que la Cour constitutionnelle menace certains de leurs élus nationaux et provinciaux de déchéance pour avoir reniés le regroupement politique avec lequel ils se sont fait élire en décembre 2018.

Ci-dessous, la déclaration de l'AFDC-A.

Econews