Le FCC a finalement obtenu la tête de Jean-Marc Kabund, désormais ancien 1er vice-président de l’Assemblée nationale. Même si la motion de défiance dirigée contre le président a.i. de l’Udps a été portée par le député MLC Jean-Jacques Mamba, on sait néanmoins que le FCC a pesé de tout son poids. Le départ de Kabund révèle jusqu’où le chef de l’Etat Félix Tshisekedi est fragile face à la machine politique de Joseph Kabila. L’appétit venant en mangeant, le FCC lorgne vers d’autres objectifs. Dans son viseur, il y a le vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, Gilbert Kankonde. Le FCC n’attend plus que le bon moment pour l’envoyer à la guillotine.

Le rouleau compresseur du Front commun pour le Congo (FCC) a décidé de ne pas se limiter qu'au vice-président UDPS de l'Assemblée nationale éjecté, Jean-Marc Kabund. Le prochain sur la liste est le vice-Premier ministre de l'Intérieur Gilbert Kankonde, susurre-t-on en haut lieu de la famille politique de Joseph Kabila.

Avec ce cadre de l'UDPS, le FCC a accumulé des griefs. Il ne reste plus qu'un problème de calendrier pour "l'exécution" de ce ministre de l'Intérieur. Pour les bonzes du FCC, le VPM de l’Intérieur est jugé « non seulement incompétent » mais, on lui reproche aussi « d’avoir osé fermer le parlement pendant le projet d'organisation du Congrès ». Le FCC ne lui a jamais pardonné cet acte.

Cette partie visible cache d'autres qui ont poussé le camp Kabila à ne plus vouloir de ce ministre de l'Intérieur, appelé à gérer des gouverneurs FCC, "suivant ses humeurs".

Au FCC, la vengeance se prépare et on s'arrange pour que les prescrits de la loi et les procédures soient scrupuleusement respectées. L'éjection de Kabund a respecté ce schéma. Pour ne pas se mouiller, cette question pourra même être sous-traitée par un autre groupe. A l’instar de MLC Mamba qui s’est chargé d’exécuter Jean-Marc Kabund.

Le FCC se rappelle toujours de l'affront du maintien du gouverneur Atou Matubuana du Kongo central qu'il avait désavoué, mais que le VPM Kankonde a maintenu contre vents et marées.

En tout cas dans le cercles fermé du FCC, la sentence a été déjà dire. Ses jours étant comptés, Gilbert Kankonde doit bien se tenir parce que désormais, il est dans le collimateur du FCC.

Les dernières consultations de Kabila feront des victimes

Les dernières consultations menées par Joseph Kabila dans sa résidence privée de GLM feront des victimes. La premières sur cette liste a été Jean-Marc Kabund. L’interpellation du député Mamba au parquet près la Cour de cassation n’a pas changé grand-chose. Bien au contraire, elle a précipité le verdict, obligeant la chambre basse du Parlement à clore définitivement ce dossier.

L’éviction de Kabund est une victoire pour le FCC de Joseph Kabila. C’est un message clair envoyé à tous ceux qui pensent - à tort certainement - que Kabila est mis hors du jeu politique. C’est tout le contraire. Le Raïs vient de prouver qu’il est bien présent. Et qu’à ce titre, il reste le seul maitre à jouer. Il se sert alors de sa redoutable machine politique qui siège dans les deux chambres du Parlement.

Que l’Assemblée nationale sacrifie Kabund, au moment le Sénat a sauvé son président, Alexis Thambwe Mwamba, il y a tout un message.

A tout prendre, Kabund n’est qu’une première victime. D’autres le suivront. Tout est question des rapports des forces. Pour l’instant, l’avantage revient au FCC de Joseph Kabila.