La grande pluie qui s’est abattue sur la ville de Kinshasa dans la nuit de lundi 11 mai à la mi-journée de mardi 12 mai a causé d’importants dégâts. A quelques kilomètres de l’aéroport international de N’Djili, la pluie a provoqué l’éboulement de terrain au niveau du quartier Badara, dans la commune de N’Sele. Compte tenu de la gravité de cette situation, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, s’est personnellement rendu sur le lieu du désastre le mercredi 13 mai 2020.

De la cellule de communication de l’Hôtel de Ville, nous apprenons que c’est depuis un moment qu’est né ce bourbier de près de 5 mètres de profondeur. Cela est dû à la dégradation d’un ouvrage de drainage, particulièrement une glissière qui devait canaliser les eaux des pluies vers les collecteurs.

Le but de la visite du chef de l’administration urbaine consistait à s’imprégner de cette situation et agir de façon pérenne afin d’éviter la coupure de la nationale n°1. Sous son impulsion du gouverneur Ngobila, une équipe d’ingénieurs de la direction provinciale de l’Office des Routes est déjà à pied d’œuvre pour résoudre le problème.

La cellule de communication de l’Hôtel de Ville note que les travaux qui s’effectuent sur le lieu d’éboulement consistent au remblayage avec un apport en terre jaune suivi d’un compactage. Puis suivra la construction des ouvrages d’assainissement, notamment des collecteurs, des caniveaux, des glissières et d’un mur de soutènement. A cela, il faut ajouter la plantation des arbres fixatifs.

Eu égard à toutes ces dispositions techniques, le gouverneur de la ville de Kinshasa a promis de mobiliser des moyens conséquents pour la réalisation de ces travaux endéans 20 jours.

Bon nombre d’observateurs relèvent qu’à cet endroit, des faiblesses étaient déjà visibles. Pour éviter ce genre des situations, ils recommandent au gouverneur de la ville de Kinshasa la réhabilitation des cantonniers. Ces derniers auront pour tâche de faire régulièrement la ronde des routes pour se rendre compte de leur état, celui (état) des caniveaux afin de limiter tout risque d’éboulement.

V.K.