www.econews.cd

Le Gouvernement tarde à être rendu public. Les tout derniers réglages ne livrent pas encore leur secret. Ce n’est pas pour cela que le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, doit tourner les pouces. Au contraire, cette situation lui offre l’opportunité de continuer ses consultations tant avec les personnalités de différents secteurs de la vie nationale qu’avec celles du monde diplomatique.

Question de savoir déjà quelles stratégies et autres pistes de solutions pour mener à bien et à bon port la politique gouvernementale.

Pour ne prendre que le cas d’hier jeudi 1er avril - et ce n’est pas un poisson d’avril - il a conféré tour à tour avec le directeur-pays de la Banque mondiale, l’ambassadeur suisse en RDC, le Directeur général de la Société nationale d’Electricité (SNEL) et le Directeur général de l’Observatoire de la surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP).

Pour le directeur-pays de la Banque mondiale (BM), cette institution de Bretton Woods décide de consolider le partenariat avec l’Etat congolais et d’accompagner les nouvelles priorités du futur Gouvernement, y compris l’appui à la gratuité de l’enseignement de base.

Pour sa part, le diplomate suisse a également informé son hôte de la disposition de son pays à renforcer la coopération avec la RDC. Pour rappel, depuis le début de la semaine, le Premier a eu une intense activité diplomatique.

Par ailleurs, très préoccupé par l’amélioration des conditions de vie de la population en ce qui concerne la fourniture d’énergie électrique, il a reçu le DG de la SNEL. Le développement du pays étant hypothéqué sans l’approvisionnement régulier et suffisant du courant électrique.

A noter que l’entrevue avec le DG de l’OSCEP n’a été que la bienvenue dans la mesure où la corruption et le non-respect de l’éthique professionnelle sont, entre autres, les maux qui gangrènent la société congolaise.

A tout prendre, la démarche du Premier ministre s’inscrit dans son refus de tâtonner, par exemple, devant des problèmes auxquels les solutions peuvent être trouvées facilement. Il se prépare donc à prendre chaque fois le taureau par les cornes. C’est pour dire que qui veut aller loin, ménage sa monture.

Econews