www.econews.cd

Entre l’Inspection Géné-rale des Finances (IGF) et la chambre haute du Parlement, le Sénat, le décor est à l’affrontement. En traitant le Sénat d’une «chambre de voleurs», lors d’un entretien avec la presse, Jules Alingete, patron de l’IGF, est dans le collimateur du Sénat. Quatre sénateurs, avec en tête José Makila Sumanda, ont décidé de lui régler des comptes. Relevant de la tutelle de la Présidence de la République, Modeste Bahati Lukwebo a promis de saisir le Chef de l’Etat pour que Jules Alingete se présente devant le Sénat.

Le feu couve entre l’Inspection Générale des Finances (IGF) et le Sénat. A la base, les dernières déclarations de Jules Alingete, inspecteur général des finances – chef de service, qui a traité, lors d’une interview accordée à la presse locale, le Sénat d’une «chambre de voleurs » où sont allés se couvrir d’immunités les fossoyeurs de la République.

Sans surprise, la réaction du Sénat n’a pas tardé. Dans une initiative portée lundi par le sénateur José Makila Sumanda, la chambre haute du Parlement exige des explications de Jules Alingete qu’elle promettre de convoquer incessamment devant sa plénière.

En fin politicien, le président du Sénat, Modeste Bahati Lukwebo, a tenté de désamorcer la bombe. Mais, c’est sans compter avec la détermination de trois autres sénateurs qui se sont ligués derrière José Makila pour régler des comptes au patron de l’IGF.

Le ministre des Finances et Jules Alingete attendus au Sénat

Selon la procédure proposée par Modeste Bahati, le bureau du Sénat a promis de saisir la Présidence de la République, tutelle de l’IGF, pour solliciter son autorisation en vue d’interpeller Jules Alingete, et probablement, le ministre des Finances.

Félix Tshisekedi, le dernier rempart

«L’Inspecteur général des finances (IGF) dépend de la Présidence de la République. Je vais demander aux quatre collègues de préparer une note que nous allons adresser au Président de la République pour solliciter son autorisation en vue d’inviter le ministre des Finances et l’Inspecteur général de l’IGF», a dit Modeste Bahati Lukwebo du haut de la tribune du Sénat.

Entre-temps, au Sénat, une frange importante de sénateurs ont fait bloc derrière José Makila. Jusqu’où ira le Sénat ? Quel est le sort qui sera finalement réservé à Jules Alingete ? Difficile à prédire. Dans les couloirs du Sénat, on n’exclut pas la possibilité de réclamer la tête de Jules Alingete pour avoir couvert d’opprobre une chambre, dite de «sages et de prestige».

Déboulonner Jules Alingete ne sera pas une partie de plaisir, tant que le patron de l’IGF passe pour la pièce maîtresse du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, dans la lutte contre la corruption et le détournement de deniers publics.

 C’est dire qu’on ne sait pas avec exactitude comment va se dénouer la bataille qui oppose le patron de l’IGF au Sénat. La survie du n°1 de l’IGF dépendra certainement de l’attitude du chef de l’Etat. Est-ce que Félix Tshisekedi ira-t-il jusqu’à sacrifier son flic financier en chef pour juste contenter le Sénat ? Suspense !

Francis M.