www.econews.cd

A l’administration des Mines, les femmes ont une place de choix. Le samedi 27 mars 2021 dans le cadre rénové de Venus Hôtel à Kinshasa, les femmes de l’administration des Mines ont été à l’honneur. C’est dans une ambiance festive que le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli Yombo, a clôturé le mois de la femme. Pour marquer d’un ton particulier cet événement qui reconnaît le leadership féminin au sein de l’administration des Mines, la vice-ministre des Mines, Denise Lupetu Tshilumbayi, a marqué de sa présence cette cérémonie.

Si on veut construire quelque chose de durale, il faut s’appuyer sur les femmes, socle de la famille. Un vieux dicton qui a toute sa valeur au sein de l’administration des Mines. Pour clôturer en beauté le mois de mars dédié à la femme, le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli Yombo Y’Apeke, a convié les femmes de son administration à une cérémonie en leur honneur, le samedi 27 mars 2021 dans le cadre rénové de Vénus Hôtel, à Kinshasa. Tout ce que l’administration des Mines, compte comme agent féminin étaient là, arborant des pagnes dans le style de la coutume congolaise.

Pour le secrétaire général aux Mines, c’était une belle occasion d’inviter les femmes de son administration à une journée de réflexion, d’échange d’expériences et d’idées ainsi que de partage en faveur de la gent féminine de l’administration des Mines.

Placée sous le thème  «Leadership féminin pour un futur égalitaire à l’ère de la Covid-19 », la cérémonie a été à la hauteur des attentes, ponctuée de plusieurs réflexions et interventions des femmes mandataires du secteur des Mines en vue de sensibiliser leurs congénères à leur rôle et leur place dans le secteur des Mines, en tant qu’agent et entrepreneure.

Dans son allocution, Joseph Ikoli Yombo Y’apeke a invité le personnel féminin de son administration «à la discipline, au travail bien fait, à l’émulation, à l’esprit de partage et de solidarité, au patriotisme, à l’intégrité et au dévouement ». A cet effet, il a rappelé que la parité homme-femme est une «réalité vivante» au sein de son administration. «L’effectif du personnel féminin dépasse les 30% du seuil constitutionnel. Aujourd’hui, au sein l’administration centrale des Mines et de la division urbaine de Kinshasa, nous avons un effectif de ± 525 personnel féminin sur ± 1340 agents», a argué Joseph Ikoli Yombo Y’apeke.

Revenant sur le thème de cette journée par ce temps de la pandémie de Covid-19, Marie-Louise Lukusa Ngumba, chargée du Comité des femmes dans l’administration des Mines, a fait observer que la Covid-19 «constitue une contrainte sociale d’une grande envergure, mais elle constitue également un des défis majeurs pour la réorganisation sociale en ce qu’elle a engendré l’émergence de la numérisation telles que note vocal, vidéo conférence, Whatsapp, You tube, télé travail, télé thématique et d’autres ». Elle a dès lors appelé les femmes à s’appuyer sur le numérique qui, selon elle, est « un précieux atout à exploiter pour vivre ensemble à cette période où le monde fait face à la crise sanitaire de la Covid-19». Elle se dit convaincue que cet outil peut aider les femmes à « affirmer l’égalité entre homme-femme tant voulue».

Travailler au rayonnement de l’administration des Mines

Présente à cette cérémonie, la vice-ministre des Mines, Denise Lupetu Tshilumbayi, a exhorté les unes et les autres à appliquer toutes les connaissances acquises en ce jour en vue de «rendre l’administration publique des mines efficace et rayonnante». Elle note que ces dernières sont appelées à exercer «le leadership féminin, qui est un leadership excellent».

«Quand on parle du leadership féminin, il s’agit d’un leadership excellent, c’est-à-dire une femme capable d’influencer. C’est le cas de notre sœur, cheffe d’antenne minière de Lwambo, qui n’a presque rien trouvé, mais elle a voulu créer un environnement pour son administration en construisant un bâtiment. C’est ça être femme leader et c’est ça aussi le modèle de leadership excellent voulu dans notre pays», a souligné la vice-ministre des Mines.

Après les échanges protocolaires, c’est sur les pas de danse que l’administration des Mines a clos les activités organisés dans le cadre du mois de la femme. Motif de fierté et pari gagné pour le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli, qui vient, une fois de plus, de prouver à quel point le secteur congolais des Mines se développera et se consolidera en plaçant la femme, agent et cadre des Mines, au cœur de l’action d’encadrement et de l’administration du Code minier révisé de 2018.

Nana K.