www.econews.cd

Des personnalités politiques viennent de grossir le rang de ceux des Congolais qui font de la mise en œuvre des réformes électorales et autres un préalable avant à la mise en place de la nouvelle équipe dirigeante de la Céni. Elles font partie du G13.

Le Groupe de treize personnalités, partisanes d’un consensus autour des réformes électorales, fiscales et institutionnelles, invite le Bureau de l’Assemblée nationale à inscrire, à titre d’urgence, la proposition de la Loi organique portant organisation et fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) dans le calendrier des travaux de la session de mars 2021. Cela « pour en faciliter l’examen et l’adoption, dans les meilleurs délais, de préférence avant la fin du mois d’avril, et favoriser la mise en place de l’équipe dirigeante de la Céni avant fin mai 2020 », peut-on lire dans la déclaration de ces treize personnalités parvenu à la presse.

Le G13 rejoint ainsi tous les autres Congolais, tant du monde politique que de la Société civile, qui ne jurent que par les réformes électorales avant le choix des animateurs de l’institution citoyenne qu’est la Céni. C’est donc un préalable à la mise en place de la nouvelle équipe dirigeante. Car ces personnalités «considèrent que la précipitation qui s’observe actuellement est de nature à détruire le consensus déjà bâti, avec la participation de toutes les parties prenantes, autour d’un agenda citoyen, pour prévenir le chaos et baliser la route en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023 ».

Par ailleurs, la déclaration renseigne aussi que « le G13 réaffirme sa détermination à tout mettre en œuvre et à travailler au sein et avec les institutions publiques ainsi que les autres forces politiques et sociales». Cela dans le but de faire aboutir les réformes élaborées dans le cadre des propositions de loi sur la Céni et de loi électorale ainsi que de la révision de la Constitution.

A noter que ces personnalités de G13 ne font que réitérer leur volonté de contribuer à la bonne marche des institutions du pays, y compris le Gouvernement, en y participant. Elles l’ont fait savoir dernièrement à la presse lors du compte rendu fait par leur porte-parole, le député national Sesanga Hipungu Delly, après leur entretien avec le Premier ministre Sama Lukonde dans le cadre des consultations initiées en prévision de la formation du Gouvernement issu de l’Union sacrée de la Nation.

A l’occasion, elles avaient insisté sur la mise en œuvre des réformes institutionnelles et électorales ainsi que celles à conduire dans les domaines de la sécurité et de la paix. Et d’avoir fait valoir : « Nous sommes conscients que, si le Gouvernement, qui sera mis en place, fait siennes ces exigences des réformes dans le temps imparti, alors le peuple peut attendre quelque chose des pouvoirs publics ». Non sans avoir fait remarquer que « la réussite de l’Union sacrée de la Nation est conditionnée par la conduite des réformes fiscales en vue de dépasser le gap de 4 milliards de dollars américains de Budget qu’on n’arrive même plus à franchir. Si on ne dépasse pas ce gap-là, il n’y a rien d’important que l’on puisse faire dans ce pays ».

Déclaration du G13 sur la mise en place du bureau de la CENI

Le Groupe de treize personnalités signataires de l’appel du 11 juillet 2020 en faveur d’un consensus autour des réformes électorales, G13 en sigle, a suivi avec grande attention les différentes déclarations sur la mise en place du bureau de la CENI et, relève ce qui suit :

  1. Le G13 rappelle que la procédure de désignation des membres de la CENI a été, en juin 2020, au centre des troubles et manifestations de rue, renforçant la crise politique et socio-économique du pays, suite à la méfiance et à de profondes divergences entre tous autour de la question électorale ;
  2. L’initiative prise par le G13, consécutive à son appel au consensus sur le processus électoral en date du 11 juillet 2020, a permis d’approcher toutes les parties prenantes au processus électoral : politiques et société civile, notamment de faciliter l’harmonisation des vues, de privilégier et promouvoir une option de responsabilité partagée, avait abouti à un schéma logique faisant des réformes, en particulier, le vote de la loi organique, un préalable à la mise en place de la nouvelle équipe de la CENI ;
  3. Le G13 rappelle que l’ordre chronologique des actions à accomplir dans la perspective de la relance du processus électoral est un élément important du consensus constaté et est devenu une revendication commune, y compris avec les confessions religieuses, après l’échec de la mise en place unilatérale et cavalière par le Bureau sortant de l’Assemblée nationale ;
  4. Le G13 considère que la précipitation qui s’observe actuellement est de nature à détruire le consensus déjà bâti, avec la participation de toutes les parties prenantes, autour d’un agenda citoyen, pour prévenir le chaos et baliser la route en vue des élections transparentes, démocratiques, crédibles et apaisées en 2023 ;
  5. Le G13 invite ainsi le Bureau de l’Assemblée nationale à inscrire la proposition de la Loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI à titre d’urgence dans le calendrier des travaux de la session de mars 2021 qui vient de s’ouvrir et d’en faciliter l’examen et l’adoption dans les meilleurs délais, de préférence avant la fin du mois d’avril, pour favoriser la mise en place de l’équipe dirigeante de la CENI avant fin mai 2020 ;
  6. Le G13 réaffirme sa détermination à tout mettre en œuvre et à travailler au sein et avec les institutions publiques ainsi que les autres forces politiques et sociales pour faire aboutir les reformes élaborées dans le cadre des propositions de loi sur la CENI et la loi électorale ainsi que la révision de la Constitution.

Fait à Kinshasa, le 24 mars 2021
Les signataires de l’appel du 11 juillet 2020

Honorable N’djoli Jacques, député national, élu de Boende
Honorable Makengo Charles, député national, élu de Kinshasa/Tshangu
Honorable Mamba Jean-Jacques, député national élu, Kinshasa/Lukunga
Honorable Mambidi Jean-Marc, député national, élu de Watsa
Madame Manya Riche, Société civile
Monsieur Mukoko Samba Daniel, ancien vice-Premier ministre
Honorable Munubo Juvénal, député national, élu du territoire de Walikale
Monsieur Muongo Jean-Pierre, ancien directeur général de l’OCPT
Honorable Muyaya Katembwe Patrick, député national, élu de Kinshasa/Funa
Honorable Lubaya Claudel André, député national, élu de la ville de Kananga
Honorable Sesanga Hipungu Delly, député national, élu de Luiza