www.econews.cd

Au ministère des Finances, l’objectif est de rendre effective, en 2021, la mise en œuvre de la chaîne des recettes. Un pas important vient d’être franchi dans ce sens par la publication d’un recueil de 82 résolutions.

Si la chaîne de la dépense publique, active depuis 2013, ne pose plus de problèmes, ce n’est pas le cas de la chaîne des recettes qui tarde à être mise en œuvre. Un handicap que le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, s’est engagé à corriger.

Ainsi, à l’issue de trois jours de travaux, un recueil reprenant 82 résolutions a été élaboré pour accélérer ce processus. Ce recueil, remis le lundi 22 mars 2021 au directeur de cabinet du ministre des Finances, le professeur Vincent Ngonga, par le conseiller spécial du Président de la République en charge du numérique, Dominique Mishigi, scrute, avec les trois traditionnelles régies financières de la RDC (DGI, DGDA et DGRAD), le moyen de maximiser les recettes publiques. Ce recueil pose les bases de l’informatisation de l’administration fiscale. Ce qui a d’ailleurs justifié la présence à cette cérémonie de M. Jibikilayi, directeur à la DGDA.

Au cours de cette rencontre, le conseiller spécial du Président de la République s’est dit satisfait de l’accompagnement du ministère des Finances pour l’aboutissement de ce projet qui mettra fin, pense-t-il, aux fuites des ressources de l’Etat. A cet effet, il a encouragé le ministère des Finances dans son rôle de vecteur pour la maximisation des recettes internes.

«La priorité est d’informatiser l’ensemble de l’administration fiscale congolaise, puis, devra intervenir l’intégration informatisée de toutes les trois régies financières », a-t-il promis.

Dans ce challenge, la DGDA semble être plus avancée que les deux autres régies en termes d’informatisation de ses opérations.
Huit cibles retenues en 2021

Pour l’année budgétaire 2021, le Gouvernement doit mobiliser l’équivalent de 6,9 milliards Usd, inscrit dans le budget de l’Etat. Atteindre cet objectif implique non seulement que chaque ministère réalise des performances au niveau sectoriel, mais que le ministère des Finances, point focal du Gouvernement dans la mobilisation des recettes, recentre son action autour d’une série de priorités.

Le document «Projets annuels de performance» du Gouvernement assigne ainsi au ministre des Finances la mission d’ajuster sa politique sectorielle autour de ces huit (8) cibles, à savoir l’opéra-tionnalisation de la chaîne des recettes publiques, à travers l’informatisation des régies financières, en vue de la mise en place d’une base de données permettant le partage et l’échange d’informations ; la diversification des sources de financement de l’économie, en favorisant l’accès du pays aux marchés financiers internationaux et auprès des investisseurs institutionnels internationaux pour obtenir des financements et faire face au vaste ambitieux programme de développement du pays conformément à la vision du Président de la République ; la poursuite de la simplification du système fiscal congolais, en vue de l’amélioration du climat des affaires ; l’opérationnalisation de la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique (DGTCP) ; le renforcement du contrôle des finances publiques et la rationalisation des exonérations ; la gestion de la dette, le renforcement des capacités de gestion des engagements financiers du pays vis-à-vis des tiers afin de parvenir à moyen terme à une gestion efficace et viable ; la finalisation de la stratégie sectorielle du ministère des Finances ; et le renforcement des capacités matérielles et humaines.

Francis M.