www.econews.cd

Le transport en commun à Kinshasa constitue un véritable casse-tête. Les embouteillages souvent monstres et les caprices des conducteurs des véhicules sont parmi difficultés auxquelles sont confrontés les Kinois. Et malgré les efforts que fournit le gouvernement en augmentant le nombre de bus commis au transport en commun (exemple du Transco, Transport en commun du Congo), la situation ne semble toujours pas évoluer dans le sens de faciliter la mobilité de la population.

Toutefois, le gouvernement provincial de Kinshasa qui ne baisse pas les bras cherche les voies et moyens pour, d’une part, appeler les propriétaires des véhicules, personnes physiques et morales à s’acquitter de leurs obligations fiscales et, d’autre part, mettre fin aux pratiques inciviques que l’on observe auprès des conducteurs des véhicules.

A partir de vendredi 2 avril 2021, les agents de la Division urbaine des Transports et Voies de communication seront déployés sur toute l’étendue de la ville de Kinshasa pour un contrôle routier. Ils auront pour mission de sensibiliser les propriétaires de véhicules, personnes physiques et morales, à l’obligation de s’acquitter des taxes et redevances ci-après : l’autorisation des transports des passagers et des biens; l’identification par autocollant des véhicules commis au transport rémunéré des passagers; la taxe de stationnement ainsi que le contrôle technique des véhicules automobiles. Et ce, conformément à l’arrêté interministériel n°s 648/MIN/MTJSL et 022/MIN/FINECO et IPMEA/2018 du 19 octobre 20148 fixant les taux des droits, taxes et redevances à percevoir.

Par conséquent, tout véhicule non en règle avec les actes susvisés sera saisi, mis en fourrière et son propriétaire soumis à des pénalités prévues par la loi en la matière.

Halte aux pratiques inciviques

En outre, le ministère provincial des Transports et Voies de communication constate avec regret la recrudescence de la pratique sec-tionnaire d’itinéraires, communément appelés «demi-terrain» «direct», «solola bien».

Du fait de l’incivisme routier généralisé des conducteurs des véhicules, cette pratique, non seulement qu’elle fait souffrir la population, mais contribue aussi aux embouteillages monstres enregistrés dans la ville.

Le déploiement des agents de la Division des Transports et Voies de Communication sur les artères de la ville de Kinshasa pour le contrôle routier n’est pas un fait nouveau pour les Kinois. Mais, dans l’accomplissement de leur mission, ces agents font preuve de laxisme, s’ils ne pas des complices avec des conducteurs des véhicules. Par conséquent, leur présence sur les artères n’influe nullement sur la population qui s’attend à un changement de mentalités.

Maintenant que le ministre provincial des Transports et Voies de communication revient sur la même stratégie de leur déploiement sur les artères, il serait souhaitable d’attirer l’attention de ceux d’entre eux qui seraient insensibles au changement de comportement. Autrement, on tournerait en rond et les Kinois ne cesseront de se plaindre des difficultés de transport.

Véron Kongo