Après le dépôt du projet de budget 2020, le Parlement n’a plus qu’un mois pour la relecture de la loi financière

Le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba vient enfin de déposer le projet de budget de l’Etat pour l’exercice 2020. C’est le vendredi 8 novembre 2019 que le chef du gouvernement s’est plié à cet exercice devant la présidente de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda.

C’est le 25 octobre 2019 que le gouvernement a adopté en Conseil des ministres le projet de loi de finances 2020 à hauteur de 10 milliards Usd équilibré en recettes et en dépenses, soit un taux d’accroissement de 63,2% par rapport aux prévisions budgétaires de l’exercice 2019 évaluées à 5,9 milliards Usd. Avec un budget de 10 milliards Usd en 2020, Sylvestre Ilunga est obligé de mobiliser 2,5 milliards Usd des recettes par trimestre contre la moyenne trimestrielle de 1,8 milliard Usd en 2019

Tout compte fait, le Parlement n’aura qu’un mois pour procéder à l’examen du projet de budget de l’Etat 2020. On sait d’ores et déjà que le gouvernement table sur un budget équivalent à 10 milliards Usd. Le défi est énorme. Ainsi, au-delà de l’effort de mobilisation des recettes courantes, le gouvernement pense bénéficier des appuis budgétaires conséquents des partenaires au développement, dont la Banque mondiale et la Banque africaine de développement.

On croit savoir qu’en marge de l’examen de ce projet de budget de l’Etat, le gouvernement devrait en même temps soumettre à l’appréciation du Parlement le projet de reddition des comptes de l’exercice budgétaire 2018.

Premier budget de l’ère Félix Tshisekedi, le projet de budget 2020 est censé traduire dans les faits les grandes ambitions que s’est fixé le chef de l’Etat. Dans l’opinion, les attentes sont si nombreuses que le gouvernement, via le ministère des Finances, doit faire tourner en plein régime la machine de mobilisation des recettes (DGI, DGDA et DGRAD) pour atteindre le plafond de 10 milliards Usd.

Au ministère des Finances, on est conscient du défi. A première vue, l’urgence est d’accroître sensiblement la pression fiscale, à ce jour 9% du Produit intérieur brut – le plus faible de l’Afrique subsaharienne.

Après le dépôt du projet de budget 2020, l’Assemblée nationale se prépare maintenant à sa relecture, sans doute dès la semaine prochaine, avant que le Sénat ne prenne le relais. Dans tous les cas, tout doit être fait avant le 15 décembre 2019, date de clôture de la session parlementaire en cours.

Econews