www.econews.cd

Aucune équivoque sur la problématique de maîtrise des effectifs de l’administration publique qui aura caractérisé la République démocratique du Congo depuis plusieurs décennies.

Dans la droite ligne de la vision du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, la ministre de la Fonction publique, Yollande Ebongo Bosongo, a donné le go de la finalisation des derniers travaux relatifs à la certification du fichier de référence de l’administration publique.

En effet, au cours de la cérémonie de lancement de cet atelier résidentiel, organisée le mardi 23 février 2021, la patronne de l’administration publique, Yollande Ebongo, a rappelé aux hauts cadres de la Fonction publique que l’élaboration d’une meilleure politique de gouvernance passe, entre autres, par la maîtrise des effectifs et de la masse salariale au sein de Fonction publique.

Ceci s’inscrit en conformité au plan quinquennal du chef de l’Etat qui fait de la digitalisation et de la numérisation de l’administration publique son cheval de bataille. Lesquels efforts consentis par passent notamment par la matérialisation en cours de la réforme et la modernisation de l’administration publique avec comme l’un des principaux vecteurs, la maîtrise des effectifs et de la masse salariale des agents et cadres des services étatiques.

A en croire la patronne de l’administration publique, ces travaux qui se déroulent à l’hôtel Vénus à Kinshasa/Gombe, ont aussi pour objectif de mettre en place le système intégré de gestion des ressources humaines et de la paie.

«Ces résultats sont attendus non seulement par le gouvernement, mais aussi par le chef de l’Etat en vue de l’élaboration une bonne politique de gouvernance. L’objectif ultime étant la maîtrise des effectifs des services centraux dans un premier lieu, ainsi que la maîtrise de la masse salariale, avant de poursuivre au niveau de toutes les provinces de la République», a indiqué Yollande Ebongo Bosongo qui une administration publique modernisée au service du fonctionnaire d’abord. Car, de lui dépend, tout un peuple en passant par les familles et communauté.

«Si le fonctionnaire trouve son compte, c’est tout le pays qui gagne», a souligné la ministre de la Fonction publique.

A noter que le fichier de l’administration publique constitue le poumon du système intégré des ressources humaines et de la paie.

Il s’inscrit dans le cadre de l’amélioration du système d’information du système de gestion des statistiques mais aussi de gestion des données de l’administration publique en générale.

«Jour après jour, la transmission de vos liste actualisées par emboîtement au niveau du ministère de la Fonction publique, a permis de constituer un fichier numérique des données des agents de carrière de service publique de l’Etat en produisant des livrables caractérisés selon qu’il s’agit des agents réguliers nécessitant une complément d’information, litigieux, présumés inconnus des services se trouvant dans le fichier de recensement, retardataires et nouvelles unités», a fait savoir Yollande Ebongo Bosongo.

Francis M.