www.econews.cd

Le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge après sa rencontre avec l’informateur

A peine nommé lundi, aux termes de l’ordonnance présidentielle, le nouveau Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a déjà établi son quartier général au Fleuve Congo Hôtel. Tout est mis en place pour que le Gouvernement soit prêt à la rentrée parlementaire du 15 mars. Pour la première étape de ses consultations, le prochain chef du Gouvernement a eu un tête-à-tête avec l’informateur, Modeste Bahati Lukwebo. Il s’agit, comme il l’a dit, lundi à sa première conférence de presse, d’avoir une idée sur les forces en présence à l’Assemblée nationale en vue de la formation de son Gouvernement.

Plus de temps à perdre.

La nomination du Premier ministre ayant été acté depuis l’ordonnance présidentielle du 15 février 2021, le Premier ministre nommé, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, se met déjà au travail. Le prochain chef du Gouvernement s’est d’ailleurs fixé un deadline. Selon lui, le Gouvernement doit être prêt avant la rentrée parlementaire du 15 mars prochain.

La composition du Gouvernement devant tenir compte de la «représentativité» à l’Assemblée nationale, il était tout à fait normal que le chef du Gouvernement entame ses consultations avec l’informateur, Modeste Bahati Lukwebo. Ce qui a été fait mardi avec le tête-à-tête qu’il a eu avec l’autorité morale de l’AFDC-A.

Comme promis, Modeste Bahati a remis au nouveau Premier ministre les conclusions de ses consultations qui ont abouti à l’identification d’une majorité parlementaire de 391 députés nationaux à l’Assemblée nationale.

«Je suis venu féliciter formellement Monsieur le Premier ministre, son Excellence Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, pour lui remettre la copie du rapport de ma mission en tant qu’informateur pour identifier la majorité au sein du Parlement. Ce travail a été fait et je tenais à le lui remettre sûrement. Ça pourra l’aider dans le travail de la composition du Gouvernement», a dit Bahati Lukwebo, visiblement satisfait de la voie tracée de la matérialisation de la voie de l’Union sacrée de la nation (USN) prônée par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Modeste Bahati note que la formation du Gouvernement tiendra compte de la nécessité de fédérer le plus possible toutes les forces politiques de l’USN.

«C’est vrai qu’il n’y a pas que ceux qui ont des députés qui peuvent faire partie du gouvernement… Sa mission (Ndlr : celle du Premier ministre) va au-delà de la mienne qui se limite au Parlement. Mais la sienne est plus vaste parce qu’elle concerne toutes les couches de la population congolaise. Avec lui, on pourra voir comment procéder pour les consultations pour la formation du Gouvernement».

Il faut rappeler que, juste après sa nomination lundi, Jean-Michel Sama Lukonde avait promis de rencontrer le plus rapidement possible Modeste Bahati pour s’enquérir des conclusions de son rapport d’informateur.

«Nous allons nous mettre le plutôt en contact avec l’informateur qui va nous donner les résultats des travaux qu’il a faits parce que ça nous donne les forces politiques en présence et ça va nous permettre de discuter avec les différents responsables, en leur faisant comprendre que nous n’avons pas le temps qui joue avec nous, le 15 mars nous devons nous présenter à l’Assemblée nationale. C’est déjà dans un mois, je vais compter sur leur bonne foi pour que nous allons vraiment dans la sérénité dans la formation du gouvernement», a dit à la presse M. Sama Lukonde, au sortir lundi de sa première rencontre avec le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, au Palais de la Nation.

Compté parmi les principales forces politiques de l’USN, Modeste Bahati et l’AFDC-A ont promis tout leur soutien au nouveau Premier ministre.

«Mes sincères félicitations au Premier ministre de la RDC, Jean-Michel Sama Lukonde. Il peut compter sur notre accompagnement pour le bien du peuple congolais », a indiqué Bahati sur son compte twitter, juste après la nomination lundi de Sama Lukonde.

C’est dire que, dans la formation du prochain Gouvernement, il n’est pas exclu que l’autorité morale de l’AFDC-A soit au centre de ses opérations, pour autant qu’il dispose d’une bonne connaissance des partis et regroupements politiques membres de l’USN, siégeant à l’Assemblée nationale.

Francis M.