www.econews.cd

Fini la longue attente pour la reprise des activités scolaires et académiques en République démocratique du Congo. Sur décision du Comité multisectoriel de lutte contre la COVID-19 entérinée par le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, les élèves et étudiants vont renouer, les premiers avec les cahiers et les seconds avec les syllabus. Tout en respectant scrupuleusement les mesures barrières édictées par le gouvernement conformément aux recommandations de l’OMS. Quant à la mesure de couvre-feu, elle reste maintenue de 21 à 5 heures du matin.

A l’issue d’une séance de travail au Palais de la Nation, le vendredi 12 février 2021, réunissant le Comité multisectoriel de lutte contre la pandémie à corona-virus autour du chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le Vice-premier ministre, ministre en charge de l’Intérieur et Sécurité, Gilbert Kankonde Malamba, a annoncé la réouverture, pour le lundi 22 février 2021, des écoles et universités après deux mois d’arrêt forcé des cours.

Reçu en audience le jeudi 11 février 2021, le coordonnateur du Comité multise-ctoriel de lutte contre la COVID-19, le professeur Jean-Jacques Muyembe, a présenté au président de la République le rapport sur l’évolution de la pandémie à coronavirus durant la deuxième vague plus meurtrière que la première.C’est certainement cette rencontre qui a motivé la décision prise le lendemain compte tenu de l’amélioration de la couche épidermique en République démocratique du Congo.

D’après le secrétariat technique de riposte, les mesures prises par le chef de l’Etat en décembre 2020 face à la deuxième vague ont porté des fruits. « Il s’observe actuellement une baisse sensible de cas de contamination», a fait savoir le Vice-premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité. Cependant, a-t-il averti, la pandémie à coronavirus n’ayant pas encore été vaincue, l’observance des mesures barrières est indispensable.

Sous pression

Durant toute la période de fermeture des écoles et universités, le gouvernement a subi de fortes pressions tant sur le plan interne qu’externe.

Défenseur des droits de l’enfant, l’UNICEF est monté au créneau pour réclamer la réouverture des écoles. Le collectif d’ambassadeurs occidentaux lui a emboîté le pas en interpellant les autorités congolaises, particulièrement le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, sur la nécessité de lever la mesure de fermeture des écoles et autres établissements d’enseignement supérieur et universitaire, en raison, soutient-il, d’un impact mental et éducatif négatif sur les enfants tant dans le présent qu’à l’avenir.

Pour leur part, les parents en avaient marre de voir leurs enfants tourner les pouces à la maison.
Le gouvernement congolais qui n’a pas voulu céder à toutes ces pressions a plutôt fait confiance aux scientifiques membres du Comité multisectoriel de lutte contre la COVID-19. D’où la décision de reprendre les activités scolaires et universitaires sur le territoire après une baisse sensible des cas de contaminations annoncée par ce comité.

Véron Kongo