www.econews.cd

Le ministre des Finances, Sele Yalaghuli, a débloqué, hier mardi 19 janvier 2021, la situation du budget de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale.

Agissant en mode d’urgence, l’argentier du gouvernement congolais a autorisé la Banque centrale du Congo (BCC) a débloqué le budget proposé par l’Assemblée nationale pour les travaux de cette session.

La réaction du ministre des Finances est consécutive à la demande formulée par le président du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’kodia M’Puanga, dans son rapport présenté, le lundi 18 janvier, au président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, sur l’évolution des travaux de la session extraordinaire ouverte depuis le 5 janvier 2021.

Se confiant à la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), Christophe Mboso a indiqué qu’il est parti sollicité l’implication du président de la République pour que les fonds demandés par son institution pour la session extraordinaire soient débloqués le plus tôt possible par la Banque centrale du Congo. Heureusement que le gouvernement vient de répondre positivement à cette demande.

A en croire le président du bureau d’âge de la Chambre basse du Parlement, cet argent va servir au paiement de salaire et arriérés des députés nationaux et de leurs assistants, des administratifs, ainsi que des policiers commis à la sécurité. Sans oublier le fonctionnement de l’Assemblée nationale pendant cette période de la session extraordinaire.

Pour ce qui est de l’évolution des travaux, il a déclaré : «Nous sommes dans le bon. S’il arrivait qu’on parvienne à épuiser les points inscrits à l’ordre du jour, nous allons aligner d’autres matières».Avant de préciser que le bureau d’âge a deux semaines pour terminer son travail.

Clé de répartition de fonds

A la question de savoir si le budget élaboré par le bureau d’âge de l’Assemblée nationale pour la session extraordinaire n’est pas excessif, Christophe Mboso N’kodia M’Puanga n’est pas de cet avis. A ce sujet, il a démontré que cet argent permettra à son bureau de résoudre les problèmes de rémunération d’un mois de salaire pour les députés nationaux et leurs assistants, les administratifs et les policiers. Hormis cela, il y a des primes à octroyer, a-t-il ajouté. Et de faire remarquer que cet argent sera géré en toute transparence, contrairement à ce que d’aucuns pensent.

L’opinion se souviendra que le bureau d’âge de l’Assemblée nationale avait sollicité un montant de 12 millions USD pour faire face à toutes les dépenses relatives aux travaux de la session extraordinaire. Aussitôt publié, ce budget a suscité de nombreuses réactions. Pour les uns, il est exorbitant. Il doit être revu à la baisse. Surtout, quand on sait que la République démocratique du Congo a beaucoup de défis à relever. Pour les autres, ce budget proposé par le bureau d’âge de la Chambre basse du Parlement est réaliste au regard des problèmes à résoudre pendant toute la durée de la session extraordinaire.

A titre de rappel, la session extraordinaire de l’Assemblée nationale qui s’est ouverte depuis le 5 janvier 2021 a inscrit quatre points à l’ordre du jour. Il s’agit de la poursuite de l’examen de la pétition à charge du questeur-adjoint de l’ancien Bureau de l’Assemblée nationale présidé par Jeanine Mabunda, l’examen et l’adoption du projet de loi autorisant la ratification de l’Accord créant la Zone de libre-échange continentale africaine par la Commission mixte Relations extérieures & Economie et finances (Ecofin), l’installation du bureau définitif de la Chambre basse du Parlement, etc.

A.T.