www.econews.cd

Dans sa lettre datée du 7 janvier 2021, le ministre de la Santé, Dr Eteni Longondo, approuve le Manacovid comme étant un des protocoles de traitement de la COVID-19.

Produit par le pharmacien Faubert Batangu Mpesa, Manacovid qui est préparé par le Centre de recherches pharmaceutiques de Luozi (CRPL) a eu le quitus des investigateurs indépendants, de la direction des médicaments et de la pharmacie du ministère de la Santé.

Pour ce faire, a rassuré le ministre de la Santé, il peut être mis à la disposition des formations médicales pour le traitement de la COVID-19.

Devant la presse présidentielle de la République du Congo à Oyo où il vient de séjourner, le chef de l’Etat de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi, a annoncé que «outre le vaccin qui est un passage obligé, nous privilégions aussile traitement curatif. Notre pays, la RDC, a deux produits qui promettent, nous allons en faire la promotion».

Manacovid, apprend-on du Centre de recherches pharmaceutiques de Luozi, constitue une solution africaine et mondiale efficace à 100% contre la COVID-19 après cinq jours de traitement. Il a démontré son efficacité lors des essais cliniques portés sur 300 malades positifs avec symptômes dont tous ont été contrôlés après le traitement avec une bonne tolérance.

L’autorisation ainsi accordée, l’heure est actuellement à la consultation avec le responsable de la prise en charge des malades de la COVID-19 afin de revoir le prix à la baisse. Cela permettra à la population de s’en approprier.

De Faubert Batangu Mpesa, on retient qu’il s’est lancé en 1979 dans la recherche et l’élaboration des médicaments à base de plantes médicinales.

Après des études universitaires sanctionnées par l’obtention d’un doctorat, il a mis au pointdes produits pharmaceutiques «Manadiar et Manalaria », luttant le premier contre la diarrhée et le second contre la malaria.

Quant à Manacovid, présenté en juin 2020 par son géniteur Batangu Mpesa et son équipe, il a été apprécié par les praticiens.

COVID-19 : un an après le décès de la première victime dans le monde

Dans un communiqué publié le lundi 11 janvier 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dresse le bilan sur la maladie à coronavirus, une année après l’enregistrement du premier décès dans le monde.

Suite à la propagation de cette maladie dans tous les continents, l’OMS l’a déclarée pandémie le 11 mars 2020. La COVID-19 a aggravé la pauvreté dans le monde et continue de causer des morts chaque jour, constate-t-on.
L’Amérique et l’Europe restent les continents les plus touchés et endeuillés par cette maladie.

Actuellement, la planète compte 90.260.468 cas, 49.997.579 guérisons et 1.934.784 décès. L’Amérique est en tête avec 22.450.809 cas et 374.428 décès, suivie de l’Inde avec 10.466.595 cas et 151.160 décès, puis la Russie avec 3.366.715 cas et 60.963 décès et le Royaume-Uni avec 3.072.349 cas et 810.431 décès.

Véron Kongo