www.econews.cd

«Scandale au Ministère des Mines», tel est le titre lancé par une certaine dame, nommée Charlie sur les réseaux sociaux.

Nonobstant des coups bas orientés vers sa personne, le secrétaire général aux Mines, Joseph Ikoli Yombo, reste droit dans ses bottes. En effet, la cabale orchestrée par ses détracteurs ne serait, selon lui, que l’œuvre des secrétaires généraux non affectés et ceux qui ont échoué au concours organisé sous la supervision du ministère de la Fonction publique. Cette campagne d’intoxication n’aura pas entamé sa détermination à assainir l’administration des Mines.

En répandant la rumeur selon laquelle le secrétaire général aux Mines aurait recruté et affecté «4.000 fausses nouvelles unités sur la base d’un arrêté tombé caduc et sous le diktat du Front commun pour le Congo (FCC)», Joseph Ikoli note que ses détracteurs ont fait perdre d’une ignorance des règles de fonctionnement de l’administration publique. Ses allégations cousues de fil blanc ont été battues en brèche par le patron de l’administration centrale des Mines au cours d’une conférence de presse, le mercredi 6 janvier 2021, à Kinshasa.

A cette occasion, le patron de l’administration des Mines s’est exprimé en ces termes : «Je ne suis pas en train de recruter de nouvelles unités, je ne suis pas en train d’affecter de nouvelles unités mais des agents ayant obtenu en bonne et due forme leurs numéros matricules au niveau du ministère de la Fonction publique en vue de la régularisation de leurs situations administratives au sein du Secrétariat général des Mines». Ce, conformément aux instructions de la hiérarchie administrative.

Par ailleurs, Joseph Ikoli a, en outre, rappelé ses détracteurs que le fonctionnaire est apolitique et traverse les régimes politiques dans un Etat de droit. Et de revenir sur les fondements administratifs de l’opération de régularisation de la situation administrative dans son administration qui découle de la note-circulaire n°002/MIN.FP/YEB/2020 du 12 août 2020 adressée à l’attention de Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux de l’administration publique et directeurs généraux des services publics de l’Etat ayant pour objet : déclaration des agents régularisés par les arrêtés de 2018-2019».

Ci-dessous l’intégralité de son allocution qui vaut en même temps mise au point. Une façon de taire toutes les critiques.

Francis Mayuma

Mise au point de Monsieur Joseph IKOLI YOMBO Y’APEKE, Secrétaire Général aux Mines

Le secrétaire général aux Mines, Monsieur Joseph IKOLI YOMBO Y’APEKE, porte à la connaissance de l’opinion nationale que le texte lancé dans les médias et sur les réseaux sociaux par une certaine dame, nommée Charlie, est malveillant et attentatoire à tous égards. Aussi, je me permets d’éclairer l’opinion nationale comme suit :

De prime abord, je voudrais rappeler à Madame Charlie Lula Made et à ses commanditaires que le fonctionnaire est apolitique. Il est le serviteur de l’Etat, de la Nation. II sert son pays sans couleur politique dans un Etat démocratique et de droit. Il traverse les régimes politiques.

C’est pourquoi, j’affirme, à ma connaissance, qu’il n’y a pas de secrétaires généraux FCC, ni de secrétaires généraux CACH. C’est faux et archifaux. Ce sont des opportunistes qui le disent pour pratiquer la politique de «ôtes-toi que je m’y mette» et induire en erreur les autorités actuelles.

Ceci proviendrait des collègues secrétaires généraux non affectés et/ou ceux qui ont échoué au concours organisé par le CADICEC, sous la supervision du ministère de la Fonction publique. J’insiste que l’Administration publique est apolitique et neutre, à moins que ces futurs secrétaires généraux soient nés à partir du 25 janvier 2019.

De deux, l’arrêté ministériel n°009/ME/MIN.FP/2019 du 22 janvier 2019 portant régularisation de la situation administrative des agents de carrière des services publics de l’Etat de l’Administration centrale et de la Division urbaine du ministère des Mines n’est pas un faux arrêté, voire caduc.

II fait partie des arrêtés pris par Son Excellence Monsieur le ministre d’Etat, ministre de la Fonction Publique pour régulariser la situation administrative des milliers d’agents dans tous les ministères du Gouvernement, y compris ceux du ministère des Mines tout au long de l’année 2018 et en 2019. Pour l’ensemble des ministères, ces arrêtés se chiffrent à des dizaines.

De trois, la présente opération de régularisation de la situation administrative dans tous les secrétariats généraux de l’Administration publique a été autorisée par note-circulaire n°002/MIN.FP/YEB/2020 du 12 août 2020 adressée à l’attention de Mesdames et Messieurs les secrétaires généraux de l’Administration publique et directeurs généraux des services publics de l’Etat ayant pour objet : «Déclaration des agents régularisés par les Arrêtés de 2018 et 2019».

Dans la note précitée, il est fait obligation aux chefs des administrations de transmettre les listes déclaratives actualisées par emboitement de nos administrations respectives.
Dès lors, comment procéder à cette opération sans que cet agent soit affecté dans un poste organique, après la régularisation de sa situation administrative? La note-circulaire termine par cette instruction, je cite : «Cette circulaire est de stricte application et ne peut souffrir d’aucune faille dans son exécution».

En tant que serviteur de l’Etat et haut fonctionnaire, devais-je ne pas exécuter une telle instruction de la ministre de la Fonction publique ayant la plénitude de la gestion du personnel de l’Etat ? De plus, après la transmission de cette note-circulaire, mes collègues secrétaires généraux et moi-même, nous n’avons reçu aucune instruction contraire des hautes autorités du pays, ampliataires de la note-circulaire jusqu’à ce jour, soit pendant six mois. Nous allions nous exécuter sans atermoiement, s’il y avait une instruction contraire.

En conclusion, je ne suis pas en train de recruter de Nouvelles unités, je ne suis pas en train d’affecter de Nouvelles unités mais des agents ayant obtenu en bonne et due forme leurs numéros matricules au niveau du ministère de la Fonction Publique en vue de la régularisation de leurs situations administratives au sein du secrétariat général des Mines.
Cette opération s’effectue dans tous les secrétariats généraux des ministères du Gouvernement. C’est une cabale montée de toute pièce par des ennemis et/ou adversaires que je pardonne, au nom de l’Enfant Jésus qui nous a apporté sa paix, son amour et son pardon.

Enfin, pour l’exécution sans faille de cette instruction administrative, je n’ai jamais eu des contacts avec des gens du FCC. C’est faux et archifaux qu’on apporte des preuves. Je n’ai jamais dit que l’IGF est dans ma poche. C’est du mensonge, de la calomnie.

Fait à Kinshasa, le 06 janvier 2021

Joseph IKOLI YOMBO Y’APEKE
Secrétaire général aux Mines